Vivre séparément : la clé des couples qui durent?

Entretien avec Josée Leboeuf, sexologue, psychothérapeute.

Lorsque deux adultes forment un couple, ils doivent forcément cohabiter pour être heureux et s’épanouir. La société nous a ainsi conditionnés.

Et si c’était faux?

Il semble que la non-cohabitation soit pour certains la clé du bonheur. Bien qu’ils demeurent minoritaires, ces couples qui font le choix de ne pas vivre sous le même toit prennent le pari de se séparer pour mieux se retrouver, que ce soit par désir de rester indépendant de biens et de fortune, de conjuguer vie amoureuse et vie de famille recomposée, ou encore de profiter des avantages de la vie conjugale et de la vie de célibataire!

Est-ce réellement possible?

Pour que vivre séparément fonctionne lorsqu’on est amoureux, il faut que ce choix émane d’un désir commun de vivre “chacun chez soi” pour mieux s’apprécier.

Si vous êtes dans la vingtaine ou la trentaine et que vous souhaitez fonder une famille, il y a fort à parier que l’option de vivre chacun de son côté soit difficilement envisageable, ou encore très marginale.

“À 40 ans, si vous avez vécu en couple et que vous avez des enfants en garde partagée, il se peut que vous décidiez de ne pas partager la vie quotidienne. Même chose si vous avez disons 50 ans, que vous avez déjà eu des relations, que votre maison ou votre condo est payé. À l’aise financièrement et ancré dans vos habitudes, vous pourriez très bien décider d’entreprendre une relation sans cohabiter” de dire la sexologue, psychothérapeute Josée Leboeuf.

Vivre séparément pour mieux s’aimer?

“Conjuguer vie érotique et vie quotidienne représente un défi pour plusieurs” observe la sexologue.

“Beaucoup de couples consultent pour des problèmes de désir sexuel après avoir emménagé ensemble et ce, toutes catégories d’âge confondues” note-t-elle.

“Comme si le fait de vivre avec la personne aimée tuait le désir. Ils me disent : “ On a arrêté de faire l’amour lorsque l’on a emménagé sous le même toit. ””

Les irritants du quotidien et les querelles finissent par les séparer. Ils ne sont plus dans l’idéal de l’autre… qui n’a pas les mêmes goûts culinaires, ronfle, se laisse aller, etc.

“J’observe ce phénomène surtout chez les plus jeunes. Comme si la vie à deux passait subitement de “agréable” à “infernal”. Ils ne sont plus sur leur 36 chaque jour, et vivent cela difficilement. Chez les personnes d’âge plus mûr, les frictions peuvent être de cet ordre, mais les irritants sont souvent d’ordre organisationnel. Je suis habitué(e) à faire les choses de cette façon, j’ai mes habitudes, etc.” précise Josée Leboeuf.

Pour toutes ces raisons, certains décident de faire maison à part.

Vivre un brin séparé dans la même maison?

Lorsqu’on y pense, beaucoup de couples vivent ensemble avec ces valeurs. Certains font chambre à part, d’autres font résidences alternées, en ville et à la campagne.

“Depuis une dizaine d’années, je remarque qu’il y a de plus en plus de gens qui revendiquent cela, c’est-à-dire plus de temps, plus d’espace, une chambre séparée pour ne pas subir les ronflements de l’autre, des vacances séparées, etc.”

De cette façon, une même personne, un même couple, va pouvoir vivre, selon les moments, des périodes plus ou moins fusionnelles avec toujours le même pari : mieux s’aimer!

Les raisons ou avantages de vivre en couple… chacun chez soi

Entretenir le désir

L’avantage majeur de vivre séparément, c’est d’éviter la routine. Chaque rencontre prend l’allure d’un rendez-vous amoureux. On prend le temps de s’arranger, de discuter, d’aller au restaurant, au cinéma, bref de faire des activités pourtant simples qui permettent d’entretenir la flamme.

Vivre à son rythme

On aurait tort de penser que les couples qui vivent séparément sont incompatibles. Mais certains, ayant du mal à s’accorder au quotidien, préfèrent mettre de la distance en raison de leurs traits de personnalité et de leurs envies différentes.

Prenons l’exemple qu’une femme plutôt diurne et d’un homme qui vit comme un oiseau de nuit. Ce rythme de vie très différent peut comporter son lot d’épreuves. En vivant chacun de leur côté, ils font le choix de se retrouver lorsqu’ils en ont envie.

“Ils ne pourraient pas vivre séparément si la communication n’était pas optimale. Ce n’est pas parce qu’un couple ne s’entend pas sur le quotidien qu’il est incompatible” de dire la sexologue, psychothérapeute.

Partager le meilleur

Souvent perçus comme égoïstes, les couples qui font le choix de vivre séparément l’avouent ; ils profitent des avantages de la vie conjugale et de la vie de célibataire, sans partager certains inconvénients comme les tâches quotidiennes et les petits désagréments liés à la vie commune. Pas question pour autant de fuir les épreuves et les moments difficiles. Même séparé, un couple reste un couple, ce qui sous-entend un partage.

Bref, malgré les avantages liés au fait de faire maison à part, encore peu de couples choisissent cette avenue qui coûte plus cher (soyons pragmatique!) et qui requiert une confiance absolue dans l’autre.  Alors, est-ce possible pour un couple d’être heureux en vivant chacun chez soi? Probablement. Par contre, bien que l’ennui soit essentiel au désir et au rapprochement, la vie à deux permet de développer une complicité amoureuse au quotidien.

Par Marie-Claude Veillette

Inscrivez-vous gratuitement

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire