Vacances et famille reconstituée

Entretien avec Nathalie Parent, psychologue

Partir en vacances avec les enfants de l’autre. Le défi est grand, surtout lorsque le couple est nouvellement constitué. Comment aborder ces premières vacances en famille recomposée, sans se mettre trop de pression et éviter les conflits? Une question à laquelle répond Nathalie Parent, psychologue, conférencière et auteure de différents ouvrages sur les relations de travail, de couple et de famille.

Prendre le temps de s’apprivoiser

Nos attentes sont souvent grandes lorsqu’il s’agit des vacances. On veut qu’elles soient relaxantes, amusantes et qu’elles nous permettent de nous retrouver en famille. Imaginez lorsque le couple a chacun des enfants d’une union précédente et lorsque les enfants ne se connaissent que très peu et connaissent très peu leur nouveau beau-parent..

“Si la communication est bonne dans le couple, ce sera plus facile pour tout le monde de s’ajuster. Même si les deux adultes ont commencé une nouvelle relation, les enfants eux, doivent prendre le temps de digérer la séparation de leurs parents et apprivoiser le nouveau conjoint(e) et peut-être ses enfants” de dire Mme Parent.

Pour éviter les écueils, il est préférable que les premières vacances ne soient pas l’occasion de la première rencontre.

“Il y a des couples qui vont vite en affaires sans préparer les enfants à l’idée de ces vacances en famille recomposée. Avant de partir tous ensemble, il faut se connaître un peu et impliquer les enfants dans les décisions en leur demandant par exemple ce qu’ils aimeraient faire durant les vacances ou comment ils se sentent à l’idée de partager leur parent avec un nouveau ou une nouvelle conjointe, et peut-être d’autres enfants.”

Se réserver du temps

L’idéal est que les parents partent quelques jours chacun de leur côté avec leurs enfants, et ce, avant de partir en vacances tous ensemble. Si ce n’est pas possible, il faut absolument prévoir des moments d’intimité avec ses enfants respectifs dans le but de les sécuriser vis-à-vis cette nouvelle organisation familiale.

“Il est difficile pour un enfant de voir son parent avec un nouvel amoureux ou une nouvelle amoureuse. L’enfant peut se sentir lésé dans sa relation en voyant son parent porter de l’attention à une autre personne… et aux enfants de cette dernière. Dans les débuts, on est souvent plus gentil avec les enfants de l’autre et notre enfant peut le remarquer et penser qu’on les aime plus qu’eux! Si on voit que son enfant s’isole, il faut en parler avec lui. Pour le rassurer sur l’amour inchangé qu’on lui porte, on peut aussi lui consacrer du temps en tête à tête” conseille la psychologue.

Respecter l’intimité des enfants

Il faut permettre aux enfants de s’isoler en cas de besoin, d’avoir un espace pour se ressourcer, comme la chambre à coucher qui n’a pas forcément à être partagée avec les nouveaux membres de la famille recomposée.

“Lorsque les enfants ont 3 ou 4 ans, ce n’est pas un problème. Mais à partir de 7 ou 8 ans, la notion d’intimité s’installe. Il est préférable de demander à son enfant où il préfère dormir. Il se peut qu’il n’ait pas envie de partager sa chambre avec des personnes qu’il ne connaît pas encore bien” explique Nathalie Parent.

Trouver des activités qui font l’unanimité

“On peut passer au vote par exemple et on y va pour la majorité. On peut aussi faire plaisir à l’un une journée et à l’autre le lendemain. Si on souhaite respecter l’individualité de chacun, il est aussi possible de faire certaines activités chacun de son côté avec ses enfants, mais également leur apprendre l’art du compromis, nécessaire au sein de toutes les familles, recomposées ou non et qui sera bien utile dans tous les autres groupes où l’enfant se retrouvera.”

Et si des conflits éclatent?

Les conflits font partie de la vie, même en vacances. Pour éviter que les situations dégénèrent, mieux vaut laisser chaque parent intervenir auprès de ses enfants.

“Lorsque l’enfant est en crise, ce n’est pas le temps de réagir. On le laisse se calmer et pendant ce temps-là, on s’interroge comme parent sur les raisons de cet esclandre. Une fois l’enfant calmé, le parent ou le beau-parent (dépendant de la situation) peut aller voir l’enfant pour essayer de comprendre ce qui s’est passé, mais sans chercher à acheter sa sympathie. Il faut lui montrer que l’on comprend que cela soit difficile pour lui, mais qu’il ne doit pas gâcher les vacances de tout le monde pour autant” de conclure Nathalie Parent.

Il ne faut pas oublier que lorsqu’on décide de s’investir dans une famille reconstituée, il faut y aller tout en douceur. Le rythme plus lent des vacances doit permettre d’apprendre à mieux se connaître, d’y trouver sa place et de se rassurer quant à la viabilité de cette nouvelle cellule familiale.

Par Marie-Claude Veillette

Inscrivez-vous gratuitement

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire