Peut-on être ami(e) avec son ex?

Entretien avec Valérie Major, sexologue

Lorsque l’on a été éperdument amoureux d’une personne, surtout lorsque la relation a duré plusieurs années, il est difficile de mettre une croix sur la relation qui se termine. Après tout, avant d’être notre douce moitié, cette personne était probablement notre meilleur (e) ami (e), notre confident. Est-ce bien réaliste, et souhaitable, de conserver un lien d’amitié avec son ex? Voici quelques pistes de réflexion avec la sexologue Valérie Major.

Prendre le temps de faire son deuil

Ce n’est pas un non à tout prix, mais il est souvent préférable de s’éloigner un peu pour faire son deuil, comme l’explique Valérie Major, sexologue.

«  Il est impératif que les ex prennent un temps de recul pour faire le bilan de la relation qui se termine ; apprendre à vivre sans la présence de l’autre et se donner le temps de redéfinir ses attentes et ses priorités. »

Pour échapper à la période de deuil, certains vont être tentés de combler le vide par une présence moins intense ; une présence amicale, en l’occurrence celle de l’ex!

Le hic, c’est que cette proximité peut être source de souffrance, surtout si un sentiment amoureux est encore présent chez l’un ou l’autre des ex-partenaires ou s’il subsiste encore beaucoup de colère ou de rancune entre eux précise la sexologue.

« C’est difficile de construire une relation d’amitié dans de telles circonstances. Il faut avant tout accepter la rupture et par le fait même accepter de ne plus occuper la place numéro un dans la vie de l’autre en étant séparé ».

C’est la raison pour laquelle une période de recul est prescrite.

« Une fois le processus de deuil avancé, et dépendant de la façon dont s’est terminée la relation, il est parfois tout à fait possible de devenir ami (e) avec son ex. Il faut par contre s’interroger sur nos motivations profondes à vouloir garder le contact : est-ce qu’il y a encore de l’amour? Qu’est-ce que je peux en retirer de positif? Est-ce que j’ai juste peur de souffrir de solitude? Est-ce que je fais ça pour contrôler l’autre et pouvoir le/la surveiller, etc. » conseille Mme Major.

On ne reste pas amis… on le devient!

Il faut commencer par se demander si c’est possible de devenir ami (e) avec son ex ; d’autant qu’il ne s’agira pas d’une amitié comme les autres.

« Passer d’une relation charnelle, à une relation d’amitié, ce n’est pas si simple. On nage en pleine zone grise. Il y a déjà eu des rapports sexuels, une proximité profonde et des sentiments amoureux. Le désir physique peut être encore présent ou revenir à un moment ponctuel ou à un autre. Il faut se demander si on est prêt à tolérer cette tension-là… »

Si le désir de conserver une relation est mutuel, il faut déterminer les modalités de cette nouvelle relation… bien différente de la précédente.

« Quelle forme prendra cette amitié? On se donne des nouvelles de temps en temps? On fait des sorties à deux? On se côtoie dans des groupes d’amis communs? » d’expliquer la sexologue qui précise que certaines personnes vont vouloir « rester amis » parce qu’ils ne veulent pas changer leurs habitudes sociales.

« Je vois régulièrement des gens qui veulent quitter la relation, mais qui ne veulent pas que leur vie change. Ils souhaitent donc préserver une certaine amitié avec leur ex —  pour se protéger — et pour préserver leurs liens d’amitié communs. »

Tout est question de circonstances

Pour être ami, il faut que les deux le veuillent et que la rupture se soit correctement conclue. Bref, que les ex aient fait leur deuil et qu’ils aient pensé leurs plaies.

« Malheureusement, certaines histoires d’amour se terminent de manière pénible, voire violente, sans respect de part et d’autre. Profondément blessés, les ex-partenaires auront de la difficulté à repartir sur de nouvelles bases, même si leur amour était sincère et profond  » affirme Valérie Major.

Lorsque des enfants font partie de l’équation, il impossible pour les ex de rompre définitivement. Il devra toujours subsister un minimum de communication en ce qui a trait à leurs bien-être, à la garde partagée, à la pension alimentaire, aux anniversaires, aux vacances estivales, etc.

« Quand les ex ont des enfants ensemble, ils doivent apprendre à aborder les questions relatives aux enfants, de façon civilisée, mais ce n’est pas pour autant un lien d’amitié qui les unit », précise la sexologue.

Ce lien, qui n’est peut-être pas toujours un lien d’amitié à l’état pur, mais qui peut l’être, importe peu. L’important c’est de savoir qu’il y a plusieurs façons de reconstruire une famille et qu’il appartient à chacun de déterminer ce qui lui convient en fonction de ses valeurs personnelles.

Et si on était amis avant?

Encore une fois, c’est personnel à chacun. Une amitié forte peut se transformer en histoire d’amour par curiosité, puis redevenir ce qu’elle était au départ après que les partenaires aient réalisé qu’ils étaient « amis » avant tout.

Pour certains, l’amitié ne pourra plus jamais exister dès lors que le couple a partagé des sentiments profonds. Accepter d’avoir une relation amicale avec une personne avec laquelle on a connu une relation amoureuse demande énormément d’efforts et de volonté.

« Il faut être prêt à voir la personne sous un autre angle, et accepter de limiter ses sentiments », explique Valérie Major.

En conclusion, rester réellement ami avec une ex flamme est une décision bien personnelle. Il faut s’assurer de savoir à quel (s) besoin (s) répond cette personne et être capable de faire fi du passé pour pouvoir bâtir quelque chose d’agréable pour le futur. Il faut communiquer avec franchise ses besoins et connaître les attentes de l’autre en retour!

Par Marie-Claude Veillette

Inscrivez-vous gratuitement

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire