La mautadine
de Saint-SANS-Valentin!

Aussitôt les fêtes terminées ou presque, pas une journée ne passe sans que l’on voit quelque chose avec un petit cœur dessus. Société de consommation oblige, toutes les raisons sont bonnes pour essayer de nous vendre quelque chose, et aucune fête n’y fait exception. Des fleurs, des chocolats, des bijoux, des forfaits spa, des dessous, des robes (Je sais pas c’est quoi spécifiquement une robe de la Saint-Valentin, mais j’ai déjà vu une publicité pour ça… Elle s’enlève plus vite peut-être?), des recettes, des forfaits de tout et de rien…

On n’est pas dupes, on le sait ben que la Saint-Valentin c’est devenu surtout une fête commerciale. Fête de l’amour? De l’amour de l’argent plutôt. De la même façon que l’anniversaire de la naissance du petit Jésus est devenu la journée du cadeau et celui de sa résurrection est devenu celle du chocolat.

Mais le problème avec la Saint-Valentin, contrairement aux autres fêtes, c’est qu’en principe, elle ne s’adresse qu’à certaines personnes: celles qui sont en couple. C’est la fête où l’on célèbre sa « tendre moitié », son chum, sa blonde, son couple, la personne avec qui on frenche, on couche et on minouche.

Je sais bien que d’autres gens la célèbrent aussi. Mes enfants m’ont gossé des bricolages en ti-cœur à l’école chaque année. Mais est-ce qu’on leur  a appris à célébrer l’amour… ou à entrer dans le moule de la consommation de roses et chocolats?

Quand j’étais au secondaire, je me souviens d’un service de courrier interne de l’école où l’on nous invitait à écrire à notre Valentin ou à notre Valentine.  Déjà, on se sentait à part si on n’en avait pas, comme si on devait nécessairement avoir le kick sur quelqu’un aux alentours du 14 février. Sauf que moi, à quatorze ans, oui, j’avais un kick, mais non, je ne pouvais lui écrire par l’entremise de ce système, vu que son nom c’était Corey Hart. Donc, comme système, mettons que c’est zéro. (Si vous la comprenez, celle-là, vous aussi vous êtes vieux, bienvenue dans le club.)

Autre raison de chialer à la Saint-Valentin: chaque année on entend la même rengaine: «J’ai pas besoin d’une journée particulière pour dire à ma blonde que je l’aime.» Ok, j’veux ben, mais c’est quand la dernière fois que tu lui as acheté des fleurs? Si la réponse est «Euh…», ben c’est ça, parle parle, jase jase.

Oui, il y a des gens qui célèbrent l’amour toute l’année durant, et c’est tant mieux. C’est ce que l’on devrait tous faire, qu’on soit en couple ou pas. Parce que l’amour, ce n’est pas réservé qu’aux couples. J’aime mes enfants, j’aime mes amis, j’aime la vie, j’aime le chocolat (on est en break mais je l’aime encore), j’aime d’amour beaucoup de gens,  je le leur dis, et je le leur montre. Parce qu’en amour plus que n’importe où ailleurs, actions speak louder than words, les actions parlent plus fort que les paroles.

Je pense qu’en fait, cette fête-là, c’est comme le célibat: c’est à chacun de décider ce qu’il en fait. On peut vivre le célibat comme un échec si on décide qu’être en couple, c’est le but suprême de l’existence. On peut aussi le voir comme un moment pour être en harmonie avec soi-même, pour se retrouver (ou se trouver pour ceux qui ne l’ont pas encore fait), le percevoir comme une pause ou juste comme… la vie et rien d’autre. Même chose avec la Saint-Valentin. Si on choisit d’en faire une fête de l’amour, tout le monde est invité, qu’on soit en couple ou pas.

On peut aussi décider de passer sa soirée à se lamenter en braillant: «Tout le monde est en train de fêter sauf mouaaaaaaaa!» Ou on peut se dire que c’est une journée comme une autre et qu’un jour on fêtera ça (ou pas) avec quelqu’un qu’on aime et qui nous le rend bien. Dans l’temps comme dans le l’temps, comme ils disent.

Voici deux stratégies pour survivre à cette journée ouvertement détestée par les solos:

  1. Comme l’amour, c’est pas réservé aux couples, passez donc la soirée avec quelqu’un que vous aimez. Personne n’est disponible? Passez donc la soirée avec vous-même, vous devez ben vous aimer un peu, non? Faites-vous un bon souper, offrez-vous une bonne bouteille, allez-vous en acheter des fleurs. Si vous saviez combien de fois je ME suis achetée des fleurs. Le meilleur là-dedans? C’est toujours mes préférées.
  2. Vous en voulez vraiment du chocolat en forme de cœur? Le 15 février, garrochez-vous partout où ils en vendent, ils seront à 50% et tout aussi délicieux, profitez-en donc pour gâter votre personne préférée, vous, et prenez le meilleur.

***

Pas envie de passer la soirée de la St-Valentin seul.e à la maison? Venez la passer avec moi et d’autres célibataires : je vous promets de vous faire l’humour et même de vous donner du chocolat, que voulez-vous de plus? 🙂 Consultez les informations sur l’événement en cliquant ici.

Inscrivez-vous gratuitement

Anne-Marie Dupras
Anne-Marie Dupras est humoriste, auteure (Ma vie amoureuse de marde, Une fois c't'une fille, Moments de maman, Le compagnon du cœur brisé), scénariste et conceptrice du Projet Stérone. Désormais spécialiste du « drôle de célibat », elle donne des conférences et organise des soirées pour célibataires à travers le Québec. Elle anime également depuis cette année le nouveau podcast Ma vie amoureuse de marde - le podcast Elle vient de publier un nouvel ouvrage 'Orgasmes à la carte', disponible partout.

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire