Les différentes étapes du deuil amoureux

Entretien avec Josée Leboeuf, sexologue, psychothérapeute

Le processus de deuil amoureux s’apparente au deuil lors du décès d’un être cher. Il peut parfois être vécu plus difficilement puisqu’il faut faire le deuil d’une personne que l’on a aimée et qui est toujours de ce monde. Dans les cas de rupture où des enfants sont impliqués, le deuil est parfois encore plus long et laborieux puisqu’il est impossible de couper les ponts avec l’ex-conjoint(e) pour le bien des enfants.

Voici les grandes étapes du deuil amoureux, qui ne se vivent pas nécessairement dans cet ordre ni avec la même intensité d’une personne à l’autre en fonction de plusieurs facteurs comme la durée et la nature de la relation, les circonstances entourant la rupture et l’après-rupture et la présence ou non d’enfants au sein du couple.

La sexologue et psychothérapeute Josée Leboeuf nous aide à y voir plus clair.

Le choc : 1re étape du deuil amoureux 

Cette étape est souvent la plus difficile à vivre, surtout si l’annonce de la rupture est une surprise totale.

“Si vous vivez ou avez vécu pareille situation, vous avez sûrement eu l’impression que le sol se dérobait sous vos pieds. Vous pensiez pourtant que tout allait bien..” de dire la sexologue. Lorsque la rupture était prévisible, le rejet vécu provoque quand même un électrochoc, mais moindre. Au-delà de la peine, certains vont vivre une forme d’humiliation comme l’explique Josée Leboeuf : “Ils vont avoir l’impression d’avoir été dupes. On entend des réactions comme “J’aurais dû réagir ou j’ai joué à l’autruche, etc.””.

À ce stade, et en fonction des circonstances entourant la rupture, la souffrance est parfois aiguë.

Certaines personnes vont même se sentir comme dans un état second, un peu comme si elles étaient détachées d’elles-mêmes ; d’autres seront dans le déni de la réalité ou entreront rapidement dans une phase de marchandage pour récupérer la personne aimée.

“C’est correct de tenter de reconquérir l’être aimé, avec une ou deux tentatives, mais toujours dans le respect. J’ai envie de dire que la marge est mince entre reconquête et harcèlement.”

Le conseil de la sexologue

Il ne faut pas oublier que ce sentiment de dévastation est temporaire. Il faut par contre demander de l’aide en cas de besoin. Il ne faut pas hésiter non plus à aider un proche qui a perdu le contact avec la réalité, qui a des pensées suicidaires ou qui serait susceptible de poser des gestes irréparables.

“J’ai envie de faire une mise en garde. Les ruptures non acceptées peuvent mener des drames qu’il faut tenter d’éviter à tout prix en étant à l’écoute de soi et des autres. Si vous sentez que vous sombrez ; demandez de l’aide. Si vous côtoyez des gens en peine d’amour, soyez réceptif et repérez les discours préoccupants ou le changement de ton dans les propos.”

Le sevrage : 2e étape du deuil amoureux 

L’effet de sevrage ressenti par la perte de l’être aimé s’apparente en tous points à celui d’une drogue. Le manque d’amour et d’affection provoque un mal-être physique et psychologique difficile à gérer.

Malgré tout, Josée Leboeuf conseille de ne pas essayer de remplir le vide trop rapidement.

“Il ne faut pas chasser les émotions que l’on trouve trop difficiles à vivre. Il faut accepter de ressentir ce manque qui fait partie du processus de guérison.”

Le conseil de la sexologue

Pendant cette phase, il faut accepter de reconstruire sa vie sans l’autre et éviter de combler le manque en retombant dans les bras de son ex-partenaire ou en s’engageant de façon précipitée dans une nouvelle relation.

“Je dis souvent qu’il ne faut pas boucher les trous trop vite. Il est salutaire de ressentir ce manque. Faites le bilan de la relation. Qu’est-ce que j’ai appris ? Qu’est-ce que je souhaite pour l’avenir ? etc.”

La colère : 3e étape du deuil amoureux 

À cette étape, on voit souvent deux types de réactions. Il y a ceux qui rejettent entièrement le blâme sur l’autre — il/elle n’a pas su m’apprécier, tout est de sa faute, etc. — et ceux qui se culpabilisent de l’échec de la relation — je n’ai pas été un bon chum ou une bonne blonde, je suis une mauvaise personne, etc.

À ce stade, il est possible que les proches subissent les affres de la colère de la personne en deuil amoureux. L’ex-partenaire, pourtant à l’origine de cette colère, est souvent épargné dans l’espoir d’une réconciliation future.

Si des enfants sont pris au cœur de la rupture, il faut les épargner autant que faire se peut. « Si vous avez des enfants, de grâce, ne dirigez pas votre colère vers eux en dénigrant le père ou la mère », prévient Josée Leboeuf.

Le conseil de la sexologue

L’extériorisation de la colère est essentielle au processus de guérison, mais il faut la doser et atteindre l’équilibre.

“Une relation est constituée deux personnes. Dans le cas d’une rupture, les torts sont partagés. Si on a tendance à prendre 100 % du blâme, il faut s’interroger et se demander quelle est la part de responsabilité de l’autre. L’inverse est vrai aussi.”

La dépression : 4e étape du deuil amoureux 

À ce stade du deuil, la fatigue est palpable. La personne en deuil est abattue et sans énergie. On note souvent un repli sur soi ; un besoin de solitude.

Il faut prendre le temps de vivre la nostalgie qui vient avec la rupture observe la sexologue, psychothérapeute Josée Leboeuf.

“On dit souvent qu’il y a un mois de deuil à vivre par année de relation. Cette affirmation n’a rien de scientifique, mais ça donne une petite idée.”

Le conseil de la sexologue

Il faut se donner le temps d’émerger de sa peine et se « se souvenir qu’il y a autre chose. Il faut faire des choses pour soi ; se faire du bien » de conclure Josée Leboeuf.

L’acceptation : 5e étape du deuil amoureux 

À cette étape du deuil amoureux, il y a une acceptation de la rupture. La personne a pris du recul et se sent revivre. Le besoin de changement est grand : nouvelle coiffure, nouvelle garde-robe, etc.

Ce sont des signes annonciateurs d’une belle reconstruction!

La personne voit enfin la lumière au bout du tunnel, a repris confiance en elle, et se montre ouverte à l’idée de faire de la place pour un nouveau partenaire. Lorsque le temps sera venu, elle sera prête à aimer de nouveau, et qui sait, peut-être faire de nouvelles rencontres par le biais de Réseau Contact (clin d’œil!)

Par Marie-Claude Veillette

Réseau Contact
Réseau Contact et ses experts en rencontre répondent à vos questionnements en matière de relations interpersonnelles et amoureuses.

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire