Les différences culturelles
dans le couple

Certains s’assemblent malgré leurs différences de culture, de langue, de couleur de peau ou de religion. Malgré leurs dissemblances, ils s’aiment et se réinventent comme couple. Cette diversité, très riche à plusieurs égards, n’est cependant pas toujours facile à vivre au quotidien ; de l’éducation des enfants, aux rites religieux, en passant par les traditions culinaires. Pourtant, de nombreux couples « mixtes » parviennent mutuellement à respecter leurs coutumes ainsi que leurs valeurs respectives et en ressortent grandis.

Cette différence qui attire

Dans notre société de plus en plus multiculturelle, les occasions de rencontrer un(e) partenaire d’une nationalité différente de la nôtre sont bien réelles.

« Les occasions de rencontres ont augmenté ; elles ont lieu à l’école, au travail, sur Internet et lors de voyages », explique Isabelle Lévy, conférencière et auteure du livre Vivre en Couple Mixte Quand les Religions S’Emmêlent.

Certaines personnes seraient naturellement plus enclines à s’engager dans une relation « mixte », soit parce que leur entourage a toujours été diversifié ou qu’elles sont elles-mêmes issues d’une union mixte. Pour les autres, les raisons sont variées.

« L’amour du défi, le moyen de fuir une famille trop pratiquante ou, au contraire, non pratiquante, le goût de découvrir un pays, une culture différente, retrouver une famille unie et solidaire, s’attacher à des valeurs spirituelles et non plus au culte du corps, s’éloigner de l’univers de la consommation, etc. », affirme Isabelle Lévy. [1]

Parfois, cette attirance peut répondre à un désir d’être en relation avec une culture qui fait encore la différence entre les rôles traditionnellement dévolus aux hommes et aux femmes comme les cultures méditerranéennes, africaines ou asiatiques par exemple.

Quand la belle-famille s’en mêle

La première véritable épreuve d’un couple « mixte » survient souvent lors de la présentation du conjoint(e) à la famille. Par souci de protection et par méconnaissance de l’autre culture, les réticences et les craintes font surface. Le ou la partenaire, issu(e) d’une culture différente doit souvent en faire plus pour se faire accepter.

« Les concessions ne doivent pas seulement se faire par rapport au couple, mais aussi par rapport aux familles. Pour qu’un couple mixte dure, il faut en faire plus que dans un couple de même origine et de même croyance. Et surtout, ne pas penser que l’amour suffit pour construire un couple, car même si c’est important, il faut d’abord apprendre à accepter la différence de l’autre. Dès le début de la relation, il faut se poser les vraies questions et se demander comment vivre ensemble. Il faut à tout prix ne pas les remettre à plus tard, car ce serait éviter le problème », affirme l’auteure Isabelle Lévy. [2]

Lorsque les couples issus de cultures différentes décident d’avoir un enfant, la relation prend une autre dimension. La spécialiste recommande de discuter des grandes questions avant la naissance : le nom, la religion, le baptême, la circoncision, etc.

C’est ce qu’ont fait Corinne T. et Azhar B.  Elle est Québécoise et catholique. Il est Arabe et musulman. Malgré leurs différences, les deux jeunes mariés ont longuement discuté de leurs accommodements raisonnables avant de fonder une famille.

« Nous avons eu de longues discussions sur notre vision de la religion et nos valeurs respectives. Comme je ne suis pas pratiquante, nous avons convenu que notre fille serait musulmane, mais que les deux cultures seraient transmises équitablement », relate Corinne.

 Gestion des différences culturelles : pas toujours facile

Dans un couple « mixte », les conflits sont plus nombreux et fragilisent la relation. Les habitudes, la place de la famille, les goûts et les traditions culinaires sont au cœur de nombreuses prises de bec.

Jun S. en sait quelque chose. Elle est japonaise et son amoureux, originaire de l’Inde, est végétarien.

« Au Japon, nous mangeons beaucoup de plats à base de viande et de poisson. Pour éviter les conflits, nous cuisinons chacun de notre côté à l’exception des weekends. Au début, je trouvais ça étrange, mais pour ma part, ce changement a été positif. J’ai appris à apprécier la cuisine de Vinay. »

Pour Katherine G., le clivage des valeurs est grand avec ses beaux-parents serbes.

« Les parents de mon chum Dario ont été admis au Québec comme réfugiés politiques alors qu’il était en bas âge. La différence de culture, je la note avec mes beaux-parents à plusieurs égards. Ils sont omniprésents dans notre vie, ce qui cause certaines frictions. On a même choisi de vivre dans une autre ville pour éviter qu’ils arrivent à brûle-pourpoint sans s’annoncer », affirme-t-elle.

Bref, pour qu’un couple « mixte » fonctionne, il faut des discussions franches, une bonne dose d’ouverture et de compromis, des intérêts et des valeurs partagés, mais surtout beaucoup d’amour! Au final, les différences nous enrichissent beaucoup plus qu’elles nous appauvrissent. Vous laisserez-vous tenter par la diversité culturelle des célibataires inscrits sur Réseau Contact?

Écrit par Marie-Claude Veillette

Inscrivez-vous gratuitement

[1] https://www.marieclaire.fr/,temoignages-couples-mixtes-l-amour-de-la-difference,798195.asp

[2] https://www.marieclaire.fr/,temoignages-couples-mixtes-l-amour-de-la-difference,798195.asp

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire