Coucher le premier soir…ou pas?

Coucher ou ne pas coucher le premier soir, là est la question que l’on m’a si souvent posée. J’aborde d’ailleurs toujours le sujet lors de mes conférences ‘Drôle de célibat’ car je considère que c’est une question bien plus importante qu’on le croit.

En général, il y a deux camps : ceux qui sont catégoriques et qui disent qu’il ne faut jamais, au grand JAMAIS passer sous les draps (ou sur la banquette arrière) le premier soir, et il y a les autres, soit ceux qui n’en font pas grand cas. Tout comme pour la question de l’oeuf ou la poule, il n’y a évidemment pas de bonne réponse et on pourrait en débattre longtemps, mais plutôt que de tenter de me situer drastiquement d’un côté ou de l’autre, j’ai envie d’essayer de comprendre les différentes positions sur le sujet (et non, je ne pense pas au missionnaire ni à la levrette).

Tout d’abord, je serais bien mal placée pour vous dire que c’est terrible de se donner entièrement dès la première rencontre puisque, oui, je l’avoue, j’ai déjà moi-même cédé à mes désirs dès la première soirée. Heureusement, à notre époque, il n’y a rien de bien terrible à avoir des relations sexuelles le premier soir et l’expression One night stand n’est pas devenue un standard pour rien.

Coup de foudre; chimie du tonnerre; hormones dans le tapis; rencontres éphémères de voyage; il y a une tonne de raisons et de circonstances qui peuvent expliquer qu’on partage des fluides en moins de temps qu’il n’en faut pour crier ou chanter « voulez-vous coucher avec moi ce soir? ». Et dans le fond, tant que tout le monde est consentant et enthousiaste, il n’y a pas de problème, non?

En effet. Sauf que…

Sauf que, selon moi, il y a aussi d’excellentes raisons de ne pas le faire.

Prenons par exemple le cas d’un rendez-vous avec quelqu’un pour qui vous avez beaucoup, beaucoup d’intérêt. Quelqu’un avec qui vous communiquez depuis un moment, avec qui ça clique sur papier comme sur clavier, quelqu’un qui semble avoir envie d’aller dans la même direction que vous, quelqu’un avec qui un futur commun semble quasi envisageable… Coucher avec cette personne là dès le premier soir ne serait pas un drame, mais la question est plutôt : est-ce nécessaire et/ou judicieux?

En ne cédant pas immédiatement à vos pulsions sexuelle et en choisissant d’attendre un peu, vous vous donnez la chance d’en savoir plus sur l’autre tout en démontrant que vous voulez plus que juste ça. Si, par contre, l’autre insiste ou choisit de ne pas vous revoir alors que vous n’avez pas voulu vous précipiter et passer à la casserole, peut-être que c’est parce que l‘autre, justement, ne voulait que ça?

En décidant de prendre un peu son temps, on joue avec le désir plutôt que de se dépêcher de l’assouvir. Vous souvenez-vous, plus jeune, comme on pouvait passer un temps à fou à s’embrasser? Ce n’est pas un hasard que les mots embrasser et embraser soient si similaires, on peut presque mettre le feu avec de simples (mais bons!) baisers!

Vous rappelez-vous à quel point on prenait du plaisir à ne pas aller trop vite et comme chaque étape que l’on franchissait devenait importante et excitante? Eh bien on peut recréer cette excitation en ne brusquant pas les choses et en se découvrant pas à pas et peu à peu. On a tendance à l’oublier mais le fait de prendre le temps de laisser le désir monter en nous n’est pas que source de frustration, bien au contraire!

Je sais bien qu’il y a des couples formidables et heureux qui ont passé la nuit ensemble dès le tout début et loin de moi l’idée de juger qui que ce soit, mais il y aura toujours des exceptions et ce que j’entends surtout, c’est des gens (ok, des femmes!) qui regrettent de ne pas avoir attendu un peu plus.

On dit tout le temps que l’important lors d’une relation sexuelle, c’est de se protéger, et c’est effectivement impératif, encore de nos jours, alors on ne le dira jamais assez. Mais ce que j’ai aussi envie de vous dire, c’est qu’il ne faut pas juste protéger sa santé et celle de son partenaire, il faut aussi se protéger soi ! Avoir l’impression d’être allé plus vite qu’à son rythme ou encore qu’on a juste servi à assouvir les désirs de quelqu’un qui n’a guère l’intention de nous revoir, ça écorche l’âme, le cœur et l’espoir.

Alors soyez prudent.e.s et n’oubliez pas cette phrase que je ne répéterai jamais assez : le prince charmant, il est patient ❤️

Inscrivez-vous gratuitement

Anne-Marie Dupras
Anne-Marie Dupras est humoriste, auteure (Ma vie amoureuse de marde, Une fois c't'une fille, Moments de maman, Le compagnon du cœur brisé), scénariste et conceptrice du Projet Stérone. Désormais spécialiste du « drôle de célibat » elle donne aussi des conférences et organise des soirées pour célibataires à travers le Québec. Elle vient de publier un nouvel ouvrage 'Orgasmes à la carte', disponible partout.

3 Commentaires

  • Yves Guitet
    7 novembre 2019 11:26

    Je ne peux pas

  • David Sebastian
    7 novembre 2019 19:16

    Moi je ne le fera jamais de peur qu’elle m’accuse d’un fausse agression sexuelle.

  • Bruno
    7 novembre 2019 19:41

    un jugement assez évident que la prudence recommande de ne jamais risquer d’avoir une rencontre sexuelle sans obligatoirement se marier …Vous croyez encore à l’obligation de faire attendre ?… on voit bien que ce raisonnement ne suis pas les hormones des hommes ;-))) Comme si c’était mal de vivre un one night stand .Éprouvez vous encore de la honte ? moi pas … Et comme ça se vie à deux une relation sexuelle alors il n’y a pas de victime … souriez …. c pour le plaisir

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire