Comment entreprendre des rencontres amoureuses lorsqu’on est encore vierge à 30 ans?

Entretien avec la sexologue Geneviève Brodeur

Dans une société où la sexualité est partout, être toujours vierge à 25, 30 ou 35 ans peut paraître anormal, causer un malaise ou provoquer l’étonnement. Pourtant, des études révèlent qu’environ 10 % des adultes seraient toujours vierges.

Certains le sont par choix — que ce soit par conviction religieuse, ambivalence sexuelle ou tout simplement parce qu’ils sont asexuels, c’est-à-dire qu’ils ne ressentent pas de désir sexuel. La virginité tardive peut également avoir pour origine des abus ou des attouchements qui mènent à une phobie du sexe ou encore avoir pour cause l’isolement géographique, la timidité, la peur de conséquences négatives, de grossesse non désirée ou encore la crainte de contracter des maladies transmissibles sexuellement et par le sang (ITTS).

Et si c’était par manque d’occasion?

“Les raisons de cette virginité tardives sont multiples, mais je dirais que dans une majorité de cas, c’est par simple manque d’opportunités, c’est-à-dire en raison de l’absence de relation amoureuse significative. Les gens qui vivent isolés ou qui s’investissent à fond dans leur travail ou dans de longues études par exemple vont souvent dire : “Je n’ai jamais rencontré quelqu’un” ” explique la sexologue Geneviève Brodeur, coordonnatrice du projet DiverJe : Diversité des trajectoires d’adultes vierges.

Ces adultes, qui sont toujours vierges par dépit, ont souvent le sentiment d’être différents, de ne pas appartenir à la norme, d’être “bizarres” ou même d’avoir un problème.

Il faut tout de même nuancer. Certains acceptent relativement bien cette virginité tardive.

“Sans tomber dans les stéréotypes, certaines femmes vont voir leur virginité comme un cadeau. Elles vont chérir leur état en attendant le bon partenaire. Je dirais aussi que plusieurs hommes le vivent bien, et que cela ne fait pas nécessairement partie de leur identité. Malgré le fait qu’ils peuvent ressentir une pression sociale, ils souhaitent tout de même avoir une première relation sexuelle avec quelqu’un d’important pour eux.” de dire la sexologue.

Quoi faire pour favoriser les rencontres?

Relativiser

Si vous êtes toujours vierge et que vous souhaitez rencontrer quelqu’un, commencez par relativiser la situation. Rappelez-vous que vous n’être pas seuls, même si c’est encore tabou d’en parler!

“Il faut sortir de sa zone de confort et savoir créer ou saisir les opportunités de rencontres amoureuses. Il est aussi important de renforcer sa confiance en soi et garder espoir qu’un jour on finira peut-être par rencontrer quelqu’un avec qui entrer en relation”.

Se faire confiance

Si votre virginité vous embarrasse ou que vous êtes inconfortables avec votre image corporelle, essayez de ne pas douter de votre pouvoir de séduction ou encore craindre de ne pas bien faire les choses.

“En matière de séduction, leur manque d’expérience peut les pousser à penser qu’ils n’ont peut-être pas la bonne méthode pour séduire. Le regard des autres les inquiète. Ils ont peur d’être victime de moqueries, de commentaires désobligeants ou encore la peur de faire fuir un éventuel partenaire s’ils avouent qu’ils sont toujours vierges.”

Ne pas se sentir obligé de parler de sa virginité tardive lors d’une rencontre

Lors d’un premier rendez-vous, rien ne vous oblige à faire l’étalage de toutes vos expériences ou de votre inexpérience, bien au contraire. La première rencontre est faite pour s’apprécier et se dévoiler juste assez, de part et d’autre, pour déterminer si la relation a un certain avenir.

“Certains en parlent ouvertement ; d’autres préfèrent garder cette information secrète ou encore faire profil bas lorsque le sujet de la sexualité est abordé. C’est vraiment propre à chacun” de dire la sexologue.

Consulter un professionnel ou échanger avec son cercle de proches

Une chose est sûre ; l’être humain ne se définit pas qu’à travers sa sexualité. Toutefois, si la possibilité de cette première fois tourne à l’obsession ou devient un frein à d’éventuelles rencontres amoureuses, il peut être nécessaire de consulter un professionnel.

“Une virginité mal vécue peut, dans certains cas, mener à une certaine détresse psychologique d’où l’importance de chercher du soutien. Il faut trouver une personne de confiance dans son entourage pour en parler ou encore aller chercher de l’aide auprès d’un psychologue ou d’un sexologue.”

Dans tous les cas, il faut dédramatiser la virginité tardive qu’elle soit choisie ou subie, dissimulée ou assumée. Bien que les conventions sociales nous poussent à croire que le sexe est essentiel dans notre vie pour parvenir au bonheur, rien n’est plus faux. Il y a d’autres manières de former des relations intimes et de s’épanouir.

Par Marie-Claude Veillette

Inscrivez-vous gratuitement

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire