Cœur brisé : comment ne pas devenir amer suite à des ruptures à répétition?

Les ruptures amoureuses sont difficiles à surmonter. À force de cumuler les déceptions sentimentales, il est un peu normal d’avoir l’impression que notre cœur brisé ne pourra plus jamais aimer et même en arriver à porter un regard désabusé sur l’amour. Mais trouver le grand amour, n’est-ce pas l’un des grands buts de la vie? Face à des chagrins d’amour à répétition, comment garder l’espoir de trouver l’âme sœur? Et si une introspection s’imposait?

Voici quelques pistes de réflexion à explorer pour mieux comprendre ce qui se passe.

Répétez-vous le même pattern amoureux?

Josiane P. a 30 ans. Depuis trop longtemps, elle enchaîne les relations amoureuses vouées à l’échec. Le point commun des hommes qu’elle choisit? Une certaine disposition à la nonchalence et une incapacité à s’investir durablement.

« On dirait que j’ai un radar pour ce type de fréquentation. Les histoires “foireuses”, ça me connaît », explique la jeune femme qui a fini par croire que les hommes d’aujourd’hui ne valent rien.

« Quand on répète le même pattern amoureux deux, trois ou quatre fois, on doit analyser la situation avant d’entamer une nouvelle relation », conseille Sylvie Lavallée, sexologue et psychothérapeute.[1]

Avant de devenir aigri, il faut comprendre pourquoi « on tombe » toujours sur le même type d’homme ou de femme et s’ouvrir à autre chose, c’est-à-dire changer de style de partenaire.

« Si on aime les mâles alpha, il ne faut pas nécessairement choisir un opposé, mais ajouter ou enlever des traits de caractère et accepter une baisse d’intensité des émotions » affirme Josée Leboeuf, sexologue, psychothérapeute.

À force de déception, imposez-vous la même médecine?

Quelques rencontres avec un thérapeute ont été salutaires pour Henri B. qui a réalisé que de victime, il était devenu bourreau.

« À force de rencontrer des femmes qui me quittaient toujours sans explications, je suis devenu totalement désabusé. J’ai commencé à faire pareil en me disait que c’était normal jusqu’à ce que je réalise que je ne voulais pas réellement m’engager… au même chapitre que les femmes que je fréquentais. Ça m’a pris du temps avant d’arrêter de me dire “je n’ai jamais de chance”. J’ai dû admettre que le pattern se répétait parce que je le rendais possible » raconte Henri B.

Le plus difficile pour Henri B. a été de réaliser qu’il ignorait les signes pourtant évident que ses ex partenaires lui envoyaient, en plus de se mentir à lui-même. Son dévolu se portait souvent sur des femmes nouvellement célibataires ou à la recherche d’un amant. En approfondissant la question, il s’est rendu compte qu’il avait lui-même peur de s’engager dans une relation sérieuse après avoir souffert du divorce de ses parents lorsqu’il était adolescent.

Elisabeth Couzon, psychologue, rappelle que s’engager, c’est aussi « prendre des risques, et accepter d’avoir confiance en soi, en l’autre et en la vie. Aller plus loin dans une relation amoureuse implique de s’abandonner, d’accepter de toucher la vulnérabilité que l’on a à l’intérieur de nous.» [2]

Quand les ruptures à répétition nous empêchent d’avancer

Pour Sarah F., le scénario se répète. Chaque fois qu’elle rencontre un homme qui lui plaît, c’est l’amour fusionnel avec des « je t’aime » échangés après 2 semaines.

« Je me dis toujours : ça y est c’est le bon, jusqu’à ce qu’il me quitte avec la même excuse que les autres avant lui. “Ce n’est pas de ta faute, tu es parfaite, c’est moi. Je ne ressens plus rien pour toi.” »

Ces ruptures en queue de poisson ont poussé Sarah F. au questionnement et l’empêchent toujours de s’investir dans une relation sérieuse.

« Est-ce que je m’emballe trop vite? Je donne tout et il ne reste rien à offrir après 3 mois? Je n’arrive plus à m’engager. Je suis celle qui quitte avant d’être quittée. »

Ne pas s’engager devient donc une façon de se protéger.

« Si j’abandonne l’autre en premier, j’ai du contrôle sur la fin de la relation. Je ne souffrirai pas de la rupture de la même façon que l’autre » explique la sexologue clinicienne et psychothérapeute Vanessa Forgues qui donne l’exemple d’un homme ou d’une femme qui vont sciemment stopper une relation pourtant harmonieuse et agréable.

Quoi faire pour continuer de croire que le bon partenaire existe?

Une rupture, c’est une opportunité de se reconstruire et de se redéfinir comme personne. Plutôt que de se positionner en victime, il faut prendre le temps de comprendre les raisons de ces échecs à répétition pour éviter de reproduire les mêmes patterns. Demandez-vous ce que vous voulez pour le futur. Restez à l’écoute de la petite voix qui chuchote en vous.

« Si vous ne l’écoutez pas, elle va finir par crier assez fort que vous n’aurez pas le choix » de conclure la sexologue Josée Leboeuf.

À force de volonté, vous finirez par identifier ce qui vous empêche d’accueillir le grand amour en douceur, sans s’attacher trop rapidement et en s’assurant que les intentions de l’autre sont réciproques!

Par Marie-Claude Veillette

[1] http://fr.canoe.ca/artdevivre/ellelui/nouvelles/archives/2014/01/20140106-112403.html

[2] https://www.femmeactuelle.fr/amour/couple/engagement-couple-26920

Inscrivez-vous gratuitement

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire