5 conseils pour gérer au mieux sa vie de parents célibataires

Que l’on soit un homme ou une femme célibataire,  avec enfant(s) à temps plein ou en garde partagée, la routine du quotidien doit être bien huilée pour arriver à jongler avec les horaires de tout le monde.  Entre enfants, carrière, ex-conjoint, charges domestiques, la vie sentimentale est bien souvent reléguée au dernier plan. Si l’amour se pointe, la relation est souvent gardée secrète par culpabilité, mais aussi par peur de déplaire aux enfants.

Voici quelques conseils pour gérer au mieux sa vie de parents célibataires.

1. On fait taire la culpabilité

C’est probablement l’aspect le plus difficile à contrôler. On se sent coupable d’imposer notre séparation ou divorce aux enfants et on a peur que ce traumatisme leur cause des séquelles à court ou à long terme. On se sent coupable de ne pas pouvoir en faire plus — professionnellement et au quotidien — ou de n’être là qu’une semaine sur deux ou un weekend sur deux. Si on a quelqu’un dans sa vie, on vit parfois de la culpabilité de devoir se couper en deux. L’amoureux avec qui on vit ou l’amant de passage nous culpabilise de lui offrir des miettes, alors que les enfants eux, nous reprochent de ne pas passer assez de temps avec eux. Et que dire de la culpabilité que l’on ressent de ne pas être une bonne mère ou un bon père en toutes circonstances? Pour se déculpabiliser, on accorde parfois des passe-droits ou des privilèges aux enfants qui apprennent rapidement à tirer profit de la situation.

Quoi faire ? Vous devez cesser d’idéaliser le modèle familial composé d’un papa et d’une maman. Dites-vous que deux parents qui ne s’aiment plus et qui se chicanent constamment ne valent pas mieux que deux parents séparés ou divorcés qui prennent tous les deux soins de leurs enfants. Il faut montrer à ses enfants qu’on est heureux et que l’amour que l’on a pour eux demeure inchangé. Il faut les rassurer à ce sujet — et y revenir souvent. En étant serein (e) et assumé (e), les enfants le seront aussi.

2. On prend du temps pour soi

Lorsque la garde des enfants est partagée, on profite de leur absence pour se ressourcer, et non pas uniquement pour reprendre le dessus sur la semaine qui vient de passer — lavage, ménage, courses et cuisine pour la semaine à venir! Pour demeurer sain (e) d’esprit, il faut souffler un peu — dormir davantage, s’entrainer plus longtemps, se détendre, sortir avec des amis, etc. Si on est parent célibataire à temps plein, on fait appel à une gardienne une fois de temps en temps (même si on se sent coupable) pour faire une activité de son choix. Si nos moyens sont plus limités, on s’organise avec des amis, avec les grands-parents, ou entre mères ou pères célibataires. Il y a toujours moyen de s’arranger avec un peu de bonne volonté.

3. On se crée un réseau d’entraide

C’est très important d’avoir un réseau sur qui compter en cas de besoin. Vous êtes pris dans le traffic et ne serez pas à l’heure à la garderie? Est-ce qu’un autre parent peut ramener votre enfant? Liez-vous d’amitié avec vos voisins, avec les parents d’élèves de l’école, du club sportif de votre enfant, etc. Rendez service aux autres parents lorsque vous le pouvez. Ils feront de même avec vous le temps venu.

4. On met en place une routine pour rester zen

Le but de la routine est de sécuriser les enfants. Le parent en autorité sera plus calme et plus à même de passer du bon temps avec les enfants si les tâches et les rôles sont bien établis – heure du bain ou de la douche, l’heure du coucher, le temps passé devant l’ordinateur et les tâches que chacun doit accomplir en fonction de son âge. Les jours de semaine seront plus faciles à gérer et les petits moments doux consacrés à avoir du plaisir ensemble plus nombreux.

5. On demande de l’aide à l’autre parent

Il est important de laisser son orgueil de côté et de mettre l’autre parent à contribution si ça ne va pas.

En étant solidaire dans les moments plus difficiles, on montre aux enfants qu’on est là pour eux en toutes circonstances et on allège son quotidien, tout en diminuant le stress. Nul n’est obligé, sauf si l’autre parent n’est pas présent, d’endosser les deux rôles.

Pour bien gérer sa vie de parents célibataires, il faut trouver l’équilibre entre travail,  vie familiale et vie amoureuse.  En étant organisé (e), en demandant de l’aide, en se constituant un réseau d’entraide et en pensant à soi, l’harmonie s’installera et l’amour finira par trouver sa place!

Par Marie-Claude Veillette

 

Inscrivez-vous gratuitement

Entrez votre commentaire

Entrez un commentaire